« La démocratie directe ne favorise pas la stabilité »

Le mensuel Union sociale m’a interrogé sur l’intérêt, les enjeux et les limites du recours au référendum et l’introduction d’un référendum d’initiative citoyenne. On retrouvera les réponses ici et l’interview est peut également être téléchargée.

*

Union Sociale : Le grand débat national est désormais lancé et les revendications d’une plus grande démocratie participative sont de plus en plus présentes dans la société française. Ce phénomène est-il nouveau et comment l’expliquer ?

Jean-Philippe Derosier : Si la revendication elle-même n’est pas nouvelle, le phénomène des gilets jaunes, lui, marque une réelle évolution car c’est la première fois qu’un mouvement de contestation d’une telle ampleur et d’une telle durée s’organise en France, sans aucune structure, ni partisane, ni syndicale. Les personnes qui manifestent, notamment en faveur du référendum d’initiative citoyenne, expriment une volonté de voir plus de démocratie directe. Ces aspirations sont incontestablement un signe de notre époque, l’expression d’une société connectée, influencée par l’horizontalité des réseaux sociaux et de l’information continue. Cette tendance donne le sentiment aux gens qu’ils peuvent avoir une influence, non seulement sur l’information qui est produite, mais également sur les décisions qui sont prises.

US : Quels sont les progrès à accomplir pour répondre à ces aspirations ?

JPhD : Tout d’abord je souhaitais rappeler que notre Ve république, dont on a célébré, l’année dernière, les soixante ans d’existence, prévoit plusieurs mécanismes de consultation citoyenne, dont l’usage du référendum à l’initiative du président de la République. De plus, à la suite de la réforme constitutionnelle de 2008, le référendum d’initiative partagée permet à 185 parlementaires, soutenus par 1/10e des électeurs (4,7 millions environ), de porter une proposition de loi qui sera soumise à référendum, sauf si elle est examinée par le Parlement, même si elle n’est pas votée. Les conditions de mise en place d’un tel référendum sont certes un peu décourageantes, mais la formule existe. Je peux comprendre la volonté de certains de plus participer, mais notre système représentatif, qui implique de régulièrement voter pour sanctionner ou soutenir un représentant, ne fonctionne pas si mal et la mise en place d’une démocratie complètement directe paraît impossible. Tout d’abord, elle peut difficilement fonctionner à grande échelle. En effet, on ne peut pas demander aux citoyens de se prononcer, tout le temps et sur tous les sujets. Ensuite, cette démocratie directe conduirait sans doute à une forte instabilité institutionnelle, car tout pourrait être remis en cause à tout moment par l’expression populaire.

US : Parmi les nombreuses demandes actuelles, la mise en place du référendum d’initiative citoyenne figure pourtant en bonne place. Sa mise en place est-elle envisageable et à quelles conditions ?

JPhD : La mise en place du RIC est tout à fait envisageable, mais cet outil doit être à tout prix encadré, au risque d’instaurer une véritable dictature de la minorité. Tout d’abord, il faut fixer un seuil d’accessibilité, un nombre minimum de personnes pour le déclencher. Ensuite, il faut que certains sujets soient exclus, comme la matière pénale ou fiscale, car ces domaines peuvent très facilement faire l’objet de dérives démagogiques. Si une initiative propose de réserver le paiement de l’impôt aux 20% les plus riches de France, la formule serait populaire mais pénalisante et risquerait même d’entraver le bon fonctionnement de l’État. Enfin, pour que les résultats de ce référendum puissent être validés, il faudrait instaurer des seuils minimum de participation, voire des seuils de réponses plus importants qu’une simple majorité à 50 %, en fonction de la participation effective.

US : Une des demandes également récurrentes est la mise en place d’assemblées citoyennes tirées au sort et qui pourraient se prononcer sur le contenu d’une loi. Cette formule est-elle possible ?

JPhD : Cette réforme est réalisable mais en analysant finement les conditions de sa mise en œuvre. Il n’est par exemple pas envisageable que ces assemblées puissent remettre en cause les travaux parlementaires ou les élus eux-mêmes. En dépit de sa faisabilité, je n’y suis pas favorable. En effet, je pense que l’élaboration d’une loi nécessite du temps, des compétences et un savoir-faire dont n’importe quel citoyen tiré au sort ne dispose pas nécessairement, avant de s’y être pleinement consacré. Pour améliorer cette participation, il serait en revanche judicieux de favoriser les consultations électroniques, en s’assurant bien évidemment qu’un vote représente bien une personne. La mise en place d’un identifiant numérique, similaire à celui octroyé par la sécurité sociale ou l’administration fiscale, me paraît un bon moyen d’atteindre cet objectif.

US : De la même manière, quels seraient les avantages et les inconvénients de la prise en compte du vote blanc ?

JPhD : Le vote blanc est reconnu par la loi depuis 2014. Même si on ne le prend pas en compte dans le résultat des élections et qu’il n’est pas comptabilisé parmi les suffrages exprimés, il est désormais distingué des votes nuls. Cette reconnaissance permet aux personnes qui, au moment d’un vote, ne sont convaincues par aucun candidat, de pouvoir tout même se faire entendre et d’éviter de s’abstenir. Pour autant, aller plus loin ne semble pas une bonne option. En effet, le vote blanc exprime avant tout un refus, en tous les cas, rien de constructif. De la même manière, sa prise en compte peut conduire à fragiliser l’expression de la démocratie représentative. Si dans le cadre d’une élection, on prend en compte la partie blanche d’une consultation et que le candidat élu réalise un score plus faible que le vote blanc, la légitimité de ce dernier sera forcément entamée et la démocratie représentative fragilisée.

Propos recueillis par Antoine Janbon

 

1 réflexion sur « « La démocratie directe ne favorise pas la stabilité » »

  1. Bonjour,
    vous écrivez : »notre Ve république (…),prévoit plusieurs mécanismes de consultation citoyenne, dont l’usage du référendum à l’initiative du président de la République. De plus, à la suite de la réforme constitutionnelle de 2008, le référendum d’initiative partagée permet à 185 parlementaires, soutenus par 1/10e des électeurs (4,7 millions environ), de porter une proposition de loi qui sera soumise à référendum, sauf si elle est examinée par le Parlement, même si elle n’est pas votée. Les conditions de mise en place d’un tel référendum sont certes un peu décourageantes, mais la formule existe. »
    Je vous trouve bien complaisant avec cette arnaque du « référendum d’initiative partagée »,car vous savez bien que c’est quasiment impossible de le mettre en oeuvre et c’est bien pour cela que cette disposition a été adoptée.
    N’ayons pas la naïveté de croire que le Pouvoir politique,représentant d’abord les intérêts d’une classe sociale (même s’il s’en défend!),va donner au Peuple un réel pouvoir de limitation de sa marge de manoeuvre pour mettre en oeuvre le programme économique et social au bénéfice de ses véritables mandants, même s’il est en réalité contraire au Bien Public (fiscalité,traités internationaux,constitution,…).
    Votre argument: « cette démocratie directe conduirait sans doute à une forte instabilité institutionnelle, car tout pourrait être remis en cause à tout moment par l’expression populaire. » n’est pas recevable. En effet, »l’expression populaire » en démocratie doit pouvoir remettre en cause à tout moment (c-à-d sans attendre l’échéance du mandat!) une loi,un traité ou un élu quand le résultat constaté n’est pas le résultat attendu par les « représentés ». La crainte de l’instabilité est l’argument ultime de ceux qui se méfient du Peuple pour le convaincre de courber une fois de plus l’échine en attendant que sa colère soit apaisée.
    Enfin le fameux vote blanc reconnu par la loi de 2014, n’est qu’un simple gadget n’ayant aucun effet sur le résultat de l’élection,puisqu’il n’est pas comptabilisé dans les suffrages exprimés. Ce n’est donc qu’un leurre pour berner les braves gens un peu naïfs que le « législateur » a inventé,mais en ayant pris bien soin au préalable de neutraliser cette disposition pour l’empêcher de lui « nuire »!
    La conclusion que j’en tire c’est que,in fine, les « représentants » font tout, en invoquant de faux prétextes (instabilité institutionnelle,risque de votes « émotionnels » par des électeurs irresponsables,etc.) pour toujours tenir les « représentés » loin du coeur du Pouvoir.
    La lutte des classes (oups! un gros mot) est toujours d’actualité même quand elle est camouflée,un peu maladroitement quand même,sous de fallacieux arguments techniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *